Vous êtes ici : AccueilReportagesUtilisation de la pierre à travers les âges, hormis le domaine de la construction.

Reportages, articles abordant les thèmes de l'artisanat et des artisans

Utilisation de la pierre à travers les âges, hormis le domaine de la construction.

La pierre naturelle est constituée de la roche d’où elle est extraite.
La roche devient donc pierre, un matériau naturel aux propriétés variées. Elle peut être dure, tendre, poreuse, meuble, imperméable, soluble, etc…
Ce matériau, durable et solide a transmis et transmet toujours à travers le temps, le mode de vie, les croyances, les connaissances et le savoir-faire des civilisations qui se succèdent.
Elle module également nos paysages par ses couleurs, son grain et ses formes et contribue à l’identité d’une région et de son architecture.

Ce reportage présente les différentes utilisations de la pierre du néolithique à nos jours à l’exception de la pierre utilisée comme matériau de construction.

SOMMAIRE

-    OUTILS ET ARMES

          - Outils primaire
          - Outils secondaires
          - Outils composites

- MONUMENTS EN PIERRE

          - Monuments mégalithiques

                  - Les menhirs
                  - Les dolmens
                  - Les moai de l’île de Pâques

          - Monuments commémoratifs gigantesques

        - Autres monuments

                  - Les pierres tombales
                  - Les bornes kilométriques
                  - Les autres bornes
                  - Les fontaines
                  - Les abreuvoirs
                  - Les lavoirs

- LA PIERRE ET L’ART DANS LA PREHISTOIRE     

       - L'art préhistorique se scinde en 4 catégories

                  - L’art pariétal
                  - L’art rupestre
                  - L’art sur bloc
                  - L’art mobilier

- LA PIERRE ET L’ART DES LE DEBUT DE NOTRE ERE                

         - La sculpture sur pierre
         - La mosaïque

 rep pierre 2

Depuis que l’homme est apparu sur terre et jusqu’à l’époque actuelle la pierre a fait partie de son environnement immédiat. Elle fut d’abord utilisée telle quelle pendant des millénaires puis transformée pour lui donner des formes particulières et recherchées. Aujourd’hui elle est très souvent concassée et utilisée sous forme de matériau composite dans différents domaines.

-   OUTILS ET ARMES

Si la pierre est le premier matériau utilisé par l’homme, elle l’a été tout d’abord comme « outils » et « armes » sous diverses formes :

       - Outils primaires :

rep pierre 3 miniiLes premiers hominidés sont apparus sur terre il y a plus de 2 millions d’années. Ils utilisaient la pierre telle qu’elle, sans transformation. Elle leur servait à se défendre en la projetant contre un ennemi ou à assommer un animal par exemple.

Ce type d’outil primaire était représenté très souvent par une pierre anguleuse ayant une bonne prise en main.
Peu à peu, la pierre fut grossièrement transformée pour en faire des :

      - Outils secondairesrep pierre 4 minii

Ils étaient fabriqués avec l’aide d’un autre outil. Une pierre pouvait être utilisée comme percuteur afin de façonner une autre pierre pour lui donner un ou plusieurs tranchants : fabrication de racloirs, de burins ou de grattoirs pour le travail des peaux, et de « couteaux » ou « poignards » pour le dépeçage, ainsi que de perçoirs…

      - Outils composites

formés de plusieurs éléments composant le même outil : hache faite d’une pierre tranchante et d’un manche en bois relié par un élément végétal, ou fabrication d’une lance avec pointe en pierre ou d’un arc avec flèches et pointes en pierre. Ces pointes sont taillées dans du silex.

Le silex est une roche sédimentaire siliceuse très dure qui s’est formée au dépend du calcaire à partir d’eau de mer. Il a la faculté de se fractionner au choc en formant des arêtes tranchantes. Le silex a du reste également été utilisé dans la préhistoire comme pierre à feu.

Précisons que ces derniers types d’outils furent réalisés seulement il y a 200 000 ans par les homos sapiens

Dès le paléolithique supérieur, entre 30 000 et 12 000 ans, Le travail de la pierre prend une nouvelle dimension. En dehors de la confection d’outils traditionnels cités plus haut, un souci spécifique est porté à la présentation de l’objet ; en d’autres termes, l’élément décoratif prend de plus en plus d’importance.
C’est la naissance de l’art mobilier, entrant dans le domaine de l’art préhistorique que nous traiterons plus loin.

L’outil de pierre ou en pierre perdura jusqu’au néolithique, qui vit se succéder l’Age du cuivre, puis l’Age du bronze et enfin l’Age du fer. Dès ces époques et progressivement les outils en pierre furent abandonnés.
rep pierre 5 mini
Mais parmi eux, certains ont traversé des siècles, voir des millénaires et sont toujours utilisés actuellement. Il s’agit entre-autre des meules, que ce soit pour moudre le grain ou pour presser le raisin ou les olives, par exemple.
Si depuis le paléolithique, les homos sapiens broyaient déjà certaines graines et végétaux à l’aide de pierres, les meules proprement dites sont apparues au tout début du néolithique, soit il y a environ 10’000 ans.
Un autre outil en pierre subsiste encore. C’est la pierre à aiguiser que l’on trouve actuellement sous différentes formes mais qui, autrefois, était traditionnellement cylindrique et tournait à l’aide d’une manivelle, continuellement humidifiée.
Citons encore dans le domaine des armes, les fameux boulets en pierre, utilisés dans plusieurs guerres des XVème et XVIème siècle et que l’on retrouve encore actuellement enfouis sous terre à proximité de certains champs de bataille !

- MONUMENTS EN PIERRE

      -  Monuments mégalithique

Ce sont des ouvrages destinés à perpétuer le souvenir de quelqu’un, d’une croyance, d’un évènement. On trouve ces mégalithes dans toutes les parties du monde. Dans nos régions, les plus anciens sont les menhirs et les dolmens, ces derniers pouvant être classés dans la catégorie des monuments funéraires.

          - Les menhirs

sont des pierres dressées verticalement il y a plus de 6000 ans. Leur taille varie fortement, de quelques dizaines de centimètres à plusieurs mètres de hauteur. La pierre peut être taillée (en forme de colonne, d’amande, de dalle, de personnage, etc.) ou avoir été plantée telle quelle, plus ou moins brute.
Leur forme est généralement irrégulière et légèrement carrée, souvent fuselée vers le sommet. Certains sont gravés ou même sculptés ; on parle alors de statues-menhirs.
Quasiment rien n'est connu de l'organisation sociale et des croyances des populations ayant érigé les menhirs. Certains sont groupés et mis en terre dans un ordre particulier, comme à Yverdon par exemple. Mais actuellement encore, on ne connait pas les significations exactes de ces monuments.

rep pierre 6 mini

         - Les dolmens

rep pierre 7 mini
Ils sont généralement interprétés comme des monuments funéraires ayant abrité des sépultures privées ou collectives. Ces constructions mégalithiques préhistoriques sont constituées d'une ou de plusieurs grosses dalles de couverture (tables) posées sur des pierres verticales qui leur servent de pieds (les orthostates).

Le tout était originellement recouvert, maintenu et protégé par un amas de pierres et de terre nommé tumulus. Certains sont encore restés dans cet état mais pour la plupart, la protection a disparu.
Certaines pierres les composant étaient parfois également gravées ou sculptées.

         - Les "moai" de l'Ile de Pâques

Ces monuments ont été érigés entre 1250 et 1500 de notre ère. Le mystère reste complet quant à leur réalisation et à leurs auteurs.
L’Île de Pâques est complétement isolée dans le sud-ouest de l’océan Pacifique, à 3700 du Chili, à 4000 km de Tahiti. L’île habitée la plus proche, l’île Pitcairn est à plus de 2000 km à l’ouest. A ce titre il s’agit bien d’un des lieux habités les plus isolés du monde.
L’île de Pâques s’étend sur environ 164 km2, soit 23 km sur 7.

Près de 900 statues ont été dénombrées à ce jour. La plus haute atteint 12 mètres et un moai inachevé aurait dû avoir près de 22m de hauteur, mais en général, les moais mesurent entre 2.5m et 9m pour un poids moyen de 14 tonnes.
Tous ces monuments ont été érigés en bordure de mer et tournés vers l’intérieur de l’île, sans doute dans le but de la protéger, selon les croyances de l’époque. Ils ont tous ont été taillés et sculptés au même endroit, sur les versant d’un volcan, puis transportés tout autour de l’île sur des plateformes, préalablement construites.

Les transports s’effectuaient par mer sur des radeaux prévus pour recevoir des charges allant jusqu’à 20 tonnes, puis par « rio », en remontant le courant, jusqu’au point le plus proche de l’édification finale.
La mise en place de la plateforme recevant le monument nécessitait autant ou même davantage de travail que la création de la statue elle-même et son transport.
L’île de Pâques a été « re » découverte le jour de Pâques 1722 par un navigateur hollandais.
Elle a ensuite été colonisée par des missionnaires catholiques au milieu du XIXème s.
Pour des raisons inconnues, avant l’arrivée de ces derniers, suite certainement à un changement de croyance de la population, les statues furent toutes couchées, délicatement afin de servir à d’autre rites. Elles ont actuellement, pour la plupart, retrouvé leur position initiale.

rep pierre 8

          - Monuments commémoratifs gigantesques

Ces monuments sont des ouvrages architecturaux permettant de rappeler un événement ou la mémoire d’une personne. Ils ont pour but de conserver toujours présent et vivant dans la conscience des générations futures le souvenir de telle action ou de telle destinée. Ceux-ci sont apparus dès l’Antiquité et sont toujours érigés de nos jours. Ils sont de toutes tailles et présents dans le monde entier. Quelques exemples parmi les plus imposants :


Le Mount Rushmore National Memorial est taillé dans le granite, à Keystone, dans le Dakota du Sud.rep pierre 9 mini
Les gigantesques portraits de plusieurs anciens présidents des Etats-Unis, immortalisés dans la falaise, sont impressionnants. L'ensemble du monument s'étend sur 5.17 km2, à une altitude de 1.745 m.



rep pierre 10 miniC'est à Buca, dans les environs de la station balnéaire d'Izmir, en Turquie, qu'est érigé actuellement un gigantesque buste d'Ataturk, le père fondateur du pays.

L'ouvrage est déjà très impressionnant, même s'il n'est pas tout à fait achevé.

 


rep pierre 11 miniLe Crazy Horse Memorial est un monument actuellement en construction dans le granite des Black Hills, dans le Dakota du Sud. C'est un hommage à Crazy Horse, le chef des indiens Lakota au 19e siècle. Achevée, l'oeuvre devrait faire 195 mètres de long sur 172 mètres de haut. Sa construction a démarré en 1948, mais personne ne peut dire quand elle sera terminée.

 

rep pierre 54 miniDans le domaine des monuments commémoratifs gigantesques, les techniques de travail ont bien changé à travers les âges.
En effet, l’édification de la statue monumentale de ce Bouddha géant datant du 8ème siècle après J-C et mesurant 71 m. de hauteur sur 28 m. de largeur n’avait rien à voir avec la réalisation des monuments actuels non encore achevés.
On peut à peine imaginer la « fourmilière » de tailleurs de pierre façonnant cette statue alors que ceux-ci sont remplacés par des perforateurs et autres machines de chantier impressionnantes pour les réalisations actuelles.

 

 

     - Autres monuments

              - Les pierres tombales

Elles sont, en principe, posées horizontalement sur une tombe. Elles existent depuis des milliers d'années. Certains sites archéologiques montrent que l’homme de Neandertal a parfois déjà été enfoui dans des fosses au plus profond des grottes. En ces temps-là, les pierres tombales servaient aussi à protéger le corps du défunt des animaux sauvages. D’autre part, les superstitieux, selon certaines croyances, pensaient qu’en agissant de la sorte, ils empêchaient les morts de revenir à la vie !
Selon les époques et les civilisations les pierres tombales étaient élevées verticalement au-dessus du monument funéraire ; c’étaient les stèles, destinées à recevoir l’épitaphe, éventuellement un ornement et le nom du défunt
Les pierres tombales et/ou les stèles, toujours en pierre, sont encore très souvent apparentes dans nos cimetières. Si, jusqu’au milieu du siècle dernier, elles étaient réalisées avec des pierres provenant directement de la région où elles étaient posées, les pierres actuellement sont souvent en marbre uni ou coloré provenant des quatre coins du monde.

            -  Les bornes kilométriques

Elles se trouvent au bord des voies de circulation. Elles nous renseignent sur la distance à parcourir ou parcourue. Les plus anciennes de ces bornes kilométriques sont les bornes militaires, mises en place par les romains au bord de leurs voies. Cliquez ici pour voir le reportage s’y rapportant.

            - Les autres bornesrep pierre 60 mini

servent à indiquer la limite entre deux propriétés contiguës, entre deux communes ou entre deux régions ou deux pays. Ces bornes de délimitation existent depuis « la nuit des temps » et ont été posées à chaque fois, sans reconnaissance officielle, ce qui complique la datation de leur implantation lorsque celle-ci n’est pas indiquée sur la borne.

            - Les fontaines

rep pierre 61 miniUne fontaine désigne d'abord le lieu d'une source, d'une « eau vive qui sort de terre », selon le dictionnaire. C'est également un aménagement, généralement accompagné d'un bassin, d'où jaillit de l'eau.

Le fait de créer un cheminement à cette eau de source pour la diriger vers un bassin de réception duquel on peut puiser le précieux liquide a existé également dès l’apparition de l’homme .

rep pierre 62 mini

Les cités n’étant pas obligatoirement construites aux abord de cours d’eau ou de sources d’un débit suffisamment important pour alimenter toute une population, il a bien fallu aménager des ouvrages pour amener cette eau au centre des villes.
A nouveau, ce sont les romains qui se sont montrés les plus efficaces en ce domaine avec l’édification des aqueducs, afin d’acheminer l’eau potable dans toutes les villes importantes de l’empire. Après avoir alimenté les thermes et autres biens privés, ces aqueducs terminaient leur parcours dans les nombreuses fontaines (591 bassins publiques et 39 fontaines monumentales pour la ville de Rome par exemple).
rep pierre 64 miniSi les fontaines monumentales étaient aménagées en l’honneur de personnes célèbres ou pour marquer de grands événements, les autres fontaines dont certaines étaient également décorées n’étaient que des points d’eau potable au service de la population.
Durant le Moyen Age, les aqueducs ne remplissant plus leur rôle par manque d’entretien, les fontaines ne sont bien souvent plus alimentées. Les puits (captage des eaux souterraines) et les citernes (récupération des eaux de pluie) remplacent progressivement les fontaines, de plus en plus abandonnées, bien qu’il se construise toujours de nouvelles fontaines monumentales illustrant souvent des scènes bibliques ou de vie locale.
Dès le XIVème siècle, vu l’augmentation sensible de la population, certaines anciennes fontaines sont à nouveau alimentées grâce aux premières « conduites à pression » réalisées dans des troncs d’arbres évidés de la source à la fontaine publique, un trop-plein se déversant dans le caniveau des rues par une rigole permettant ainsi de les nettoyer.
A la Renaissance, du XVème au XVIIème siècle, les fontaines monumentales sont à nouveau construites et agrémentent places et jardins dans le centre des villes. Le XVIIIème représente l’âge d’or de ces monuments, décorés de nombreuses sculptures et accompagnés parfois de jets d’eau et d’étangs.
A partir du XIXème des fontaines apparaissent également dans les petites villes et dans les villages, à la campagne. Elles représentaient, en dehors des puits, des citernes et des éventuels cours d’eaurep pierre 63 mini de proximité, les seuls endroits où la population pouvait s’approvisionner en eau potable.
Dans les petites localités, elles étaient souvent construites au centre du village ou sur une place publique et étaient aussi un lieu d’échanges, de discussions ou de conflits ! Elles se multipliaient en fonction de la grandeur de la localité.
Dans un village de la grandeur de Fleurier, ces fontaines ont presque toutes été réalisées au milieu du XIXème. En 1850, il y avait environ 25 fontaines pour une population de 1770 habitants.

De nos jours, si les fontaines ont perdu leur usage domestique, elles restent des éléments importants du patrimoine communal. Toutes les fontaines citées ci-dessus ont des bassins et des chèvres taillés dans la pierre.


rep pierre 69 miniDans nos pâturages, existent encore des fontaines dites « de source » réalisées en bois, taillées dans un tronc évidé. Elles portent le nom d’abreuvoirs et servent avant tout pour le bétail.

Lorsqu’elles ne sont plus en bon état, elles ne sont malheureusement plus remplacées par des bassins similaires mais plutôt par des bassins métalliques ou par de vieilles baignoires ! et alimentées en eau par des citernes amenées sur place.
C’est beaucoup plus pratique, c’est vrai, mais ça a beaucoup moins de charme.rep pierre 70 mini

Dans nos forêts, les fontaines de source sont encore bien présentes et appréciées des randonneurs.
Dans certaines régions, comme dans le Val-de-Travers par exemple, ces « points d’eau » devenus « fontaines à absinthe » sont et resteront des endroits gravés dans la mémoire des « vallonniers ».
« Une petite bleue avec de l’eau de source », c’est encore mieux que … non décidemment, il n’y a rien de comparable !

Revenons aux fontaines en pierre naturelle que l’on trouve dans nos villages. Le bassin et la chèvre sont en pierre, rarement en bois. La pierre utilisée provient le plus souvent d’une roche de proximité. Elles sont donc souvent en calcaire dans le Jura, en molasse sur le plateau, etc… Il est important que cette pierre soit de bonne qualité car si tel n’est pas le cas, l’eau s’infiltrera dans les fissures et en cas de gel en hiver, il y aurait des risques que la pierre éclate. Les bassins sont soit ronds ou ovales, soit carrés ou rectangulaires. De la forme dépend le coût du bassin; en effet, un bassin arrondi doit entièrement être taillé dans le même bloc de pierre, ce qui représente un gros travail surtout pour des bassins de plusieurs mètres de longueur. Un bassin rectangulaire peut être fait de plusieurs plaques de pierre provenant directement de la carrière, assemblées et jointoyées. Le transport est ainsi facilité et le travail simplifié. Ces différentes plaques sont réunies avec un mortier ou elles sont cerclées à l’aide de lattes en fer. Cette technique était souvent utilisée pour les fontaines en granite car, dans cette pierre, peu de bassins sont taillés dans la masse, le granite étant une pierre très dure mais extrêmement résistante à l’eau.

rep pierre 66 mini             rep pierre 67 mini            rep pierre 68 mini

        - Les abreuvoirs

Dans les localités, ils étaient appelés des "fontaines à vaches". Ils étaient très courants dans le Jura et sont encore bien présents dans plusieurs villages. Il s’agit de fontaines à un ou plusieurs bassins, toujours taillés dans la pierre, destinés à abreuver les bovins lors de leur départ en pâturage, le matin et le soir lors du retour, dans le but évident d’économiser, en période de sécheresse surtout, le précieux liquide contenu dans les citernes de leur habitat nocturne ! Ces abreuvoirs ne sont plus guère utilisés pour abreuver le bétail mais ils restent heureusement présents dans bon nombre de nos localités jurassiennes et, comme ils appartiennent souvent au patrimoine communal, ils sont bien entretenus.
Abreuvoirs et fontaines étaient souvent utilisés tant par la population que par les bovins mais à des heures différentes.

 rep pierre 71 mini

        - Les lavoirs

Si les fontaines étaient prévues pour la distribution d’eau potable, le lavoir permettait avant tout aux maîtresses de maison de « faire la lessive ».
En fonction des disponibilités et selon la grandeur de la commune, fontaine et lavoir ou même abreuvoir pouvaient être regroupés au même endroit, parfois sur plusieurs bassins.
Le bassin sous lequel se trouvait la chèvre et le(s) goulot(s) faisait office de fontaine, les bassins adjacents servant de lavoir ou d’abreuvoir.
Très souvent ces lavoirs étaient abrités par un toit posé sur charpente ou par un ouvrage maçonné.
Dans bien des endroits, à proximité des cours d’eau, les lavoirs n’existaient pas et les lavandières lavaient leur linge au fil de l’eau.

rep pierre 72 mini             rep pierre 73 mini            rep pierre 74 mini

     - LA PIERRE ET L'ART DANS LE PREHISTOIRE

rep pierre 75 miniDans la préhistoire, à partir du paléolithique supérieur, l’art était bien existant et s’est développé, avant tout, dans les grottes et cavernes ainsi que sous les abris rocheux. La pierre était son principal support.
Il y a plus de 30'000 ans déjà, les hommes de la préhistoire gravaient sur la pierre des signes symboliques ou des éléments figuratifs à l’aide de pierres plus dures ou de silex.
Des gravures ont aussi été réalisées par piquetage, la roche indigène étant martelée avec un morceau de roche plus dure.

rep pierre 76 mini

La sculpture réalisée directement sur la roche était également présente dans des grottes et surtout sous des abris mais peu pratiquée en fonction de la pauvreté de« l’outillage ! » à disposition.


Le mode d’expression artistique le plus connu de l’époque paléolithique est la peinture.

Seules deux couleurs sont connues à cette époque.
Le noir est réalisé grâce au charbon de bois ou plus rarement d’os ou à l’oxyde de manganèse.
Les ocres sont des argiles pures coloriées par des pigments d’origine minérale dont la teinte naturelle varie du rouge au brun-jaune en fonction de leur teneur en oxyde de fer. Ces ocres se trouvent donc dans la nature. Elles sont employées seules ou associées. Cette argile colorée est amalgamée au sable.
Par contre le bleu, le vert et le blanc ne sont pas connus

rep pierre 77

Ces pigments étaient préparés par broyage. Ils pouvaient être mélangés et éventuellement chauffés dans le but de modifier la pigmentation.  
Ils étaient appliqués sur les parois selon différentes techniques ; directement avec les doigts de la main, à l’aide de bâtons, « crayons » ou avec un « pinceau » confectionné parfois avec certains végétaux mais le plus souvent avec des poils d’animaux.

Il est constaté qu’à chaque représentation, d’animaux surtout, le profilé de la paroi faisait partie de la composition afin de donner du relief à la représentation

          - L'art préhistorique se scinde en 4 catégories

                      - L'art pariétalrep pierre 80 mini

Il concerne des œuvres réalisées par l’homme sur les parois de grottes.
Il s’agissait surtout de peintures. Les plus célèbres ont été découvertes  à Altamira, à Lascaux ou, plus récemment à la Grotte Chauvet.
Plus de 400 grottes abritant des peintures paléolithiques ont été découvertes jusqu'à ce jour, principalement dans le sud de la France et en Espagne et il y en a certainement un bon nombre de ces grottes qui sont encore cachées.
Des gravures réalisées par piquetage ont également été découvertes ainsi que des sculptures.

                     - L'art rupestrerep pierre 79 mini     

Il concerne, lui, les œuvres réalisées par l’homme sur des rochers, principalement à l’extérieur. Largement exposées aux intempéries, les figurations découvertes sont profondément gravées ou piquetées dans la pierre. La peinture est certainement également présente mais elle a le plus souvent disparu. Il est plus difficile de dater ces réalisations vu leur altération souvent avancée. Un exemplaire d’art rupestre peint, encore visible, se trouve, entre autres, sur le site de Cabrafeixet en Espagne, près de l’Ametlla de Mar, à 9 km de El Perello, sur la route menant à Rasquera. 

                      - L'art sur blocsrep pierre 78 mini

est pratiqué sur des pierres détachées d’une paroi.

Celle-ci sont plus ou moins transportables mais restent souvent à l’endroit où elles ont été travaillées. Certaines de ces pierres ont été entièrement sculptées comme le bloc représenté ci-contre et datant de plus de 20'000 ans.

Là également, il n’est pas possible de savoir si ces blocs étaient peints et un grand nombre d’entre eux ont été détruits ou ont disparu.

L'art sur galets a également été pratiqué, mais vu la grandeur relativement restreintes des réalisations, celles-ci entrent dans la catégorie de l'art mobilier, relaté ci-dessous

 

                     - L'art mobilier

appelé aussi "art des objets" représente la production d’»œuvres » réalisées par l’homme, de dimensions limitées, donc mobiles. Il s’agit d’objets utilitaires ; outils, bijoux, objets de décorationrep pierre 50 mini (plaquettes décoratives gravées ou figurines représentant des animaux ou des figures humaines), objets servant à la chasse ou à la guerre (pointes de flèches, etc…).
Tous ces objets étaient fabriqués en pierre, os, ivoire, bois de cervidés et certainement également en bois, mais ces derniers ont disparu en grande partie.
Dans tous ces cas hormis l’art mobilier, la pierre était l’unique support des réalisations.

    - LA PIERRE ET L'ART DES LE DEBUT DE NOTRE ERE

            - La sculpture

rep pierre 51 mini 2Tailleurs et sculpteurs transforment tous deux la pierre en la taillant avec des burins et des ciseaux. La percussion donnée à l’outil enlève de la matière dans la masse pour obtenir une forme.
De manière générale, on peut considérer que le tailleur œuvre surtout dans les métiers du bâtiment pour construire ou restaurer un mur, un banc, un escalier, un puit, une cheminée, une baie de porte ou de fenêtre. Il répond à des commandes avant tout utilitaires.
rep pierre 52 mini 2Le sculpteur produit des objets à visées artistiques tels que des statues et ornementations diverses. Il s’adapte en fonction des commandes reçues ou peut créer des œuvres personnalisées abstraites ou figuratives.  En fait, en fonction de ses réalisations, le tailleur peut être sculpteur et réciproquement.

rep pierre 53 mini 2La différence entre tailleur de pierre et sculpteur sur pierre était certes plus évidente jusqu’au siècle passé qu’actuellement.
En effet, le tailleur de pierre qui façonnait des marches d’escalier ou une baie de porte ne fait plus ce genre de travail actuellement puisque celui-ci est presque entièrement industrialisé. Idem pour certains accessoires toujours bien présents de nos jours : bordures de route et de trottoir, pierres tombales, fontaines de jardin ou autres bacs à fleurs.
Est-ce qu’il n’y a plus de taille manuelle de la pierre et que le métier a disparu ou que cette profession est maintenant assimilée aux ouvriers qui travaillent dans une entreprise qui « fabrique » ce genre d’objets
La question reste posée.

Si, dans la préhistoire, le sculpteur façonnait souvent la roche directement à l’endroit où elle se trouvait, le sculpteur actuel façonne plutôt des blocs de pierre préalablement extraits d’une carrière. Par contre, les techniques de travail n’ont pas beaucoup évolué du paléolithique à nos jours. C’est avant tout l’outillage qui s’est profondément amélioré. Les outils en fer, puis en acier et en autres matières ont remplacé les pierres dures et silex.

rep pierre 81 mini    rep pierre 82 mini         rep pierre 83 mini         rep pierre 84 mini         rep pierre 85 mini

         - La mosaïque

Cet art décoratif consistant à utiliser des fragments de pierre colorée liés avec du mastic ou du mortier fut beaucoup utilisé par les romains pour la décoration intérieure des maisons et des temples, notamment pour les murs et les sols.
C’est dans la ville de Pompéi que l’on trouve les plus belles mosaïques et les mieux conservées.
La mosaïque en pierre, comme décoration intérieure, fut encore utilisée au début du Moyen Age mais remplacée assez vite par les carreaux de verre et surtout de céramique, beaucoup moins onéreux.

rep pierre 86 mini            rep pierre 87 mini            rep pierre 88 mini

André Beuret

Vos précisions et compléments à ce reportage seront reçus avec intérêt sur Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

REFERENCES:

http://www.hominides.com/html/dossiers/premier-outil-prehistoire.php
http://www.dinosoria.com/dolmen_menhir.htm
http://www.skynet.be/services/voyages/dossier/104131/les-plus-impressionnants-monuments-de-pierre-du-monde/slideshow
https://fr.wikipedia.org/wiki/Moa%C3%AF
http://www.histoirevalleedejoux.ch/vallee_de_joux/les_fontaines_de_la_vallee_de_joux
http://leblogdemonsieurgeney.over-blog.com/histoire-de-l-art-la-pr%C3%A9histoire
http://www.hominides.com/html/references/les-premieres-peintures-prehistoire-0649.php
https://fr.wikipedia.org/wiki/Art_rupestre
http://www.hominides.com/html/art/art_mobilier.php
http://www.cosmovisions.com/sculptureChrono.htm
https://fr.wikipedia.org/wiki/Discussion:Tailleur_de_pierre



 

 

 

 

 

 

 

 

      

Artisanat.ch

Case postale 45
2114 Fleurier
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Copyright : 2003-2013